Empreintes fugitives

Les gens qu'on aime #17



Oui je sais, il manque le #16, je l'ai écrit, publié et en pleine nuit je suis allée le mettre hors-ligne, difficile de parler de certaines personnes... je vais encore réfléchir avant de publier le billet!

Quelqu’un qui a eu des enfants

Beaucoup d'enfants! Dans une famille où il y en avait peu!
La cousine de ma mère était la fille unique de la sœur aînée de ma grand-mère.
Au début de la seconde guerre mondiale, ma grand-tante habitait le Chambon-sur-Lignon où elle était propriétaire d'une des maisons pour enfants fondées au début du siècle dans la foulée de "l'Œuvre des Enfants à la Montagne" créée par le pasteur Louis Comte. Aidée par sa fille, infirmière, elle dirigeait d'une poigne de fer la pension qui accueillait une trentaine d'enfants. Avant son mariage ma mère avait séjourné régulièrement au Chambon où elle aidait sa tante à la comptabilité. Le mari de M. C. était un homme cordial et entreprenant, à la plaisanterie facile, il adorait les enfants et ceux-ci le lui rendaient bien. Après leur mariage, mes parents continuèrent à monter régulièrement au Chambon; mon père aidait aux travaux d'amélioration de l'austère bâtisse, ma mère retrouvait avec plaisir les trois aînés de sa cousine.

le_chambon.jpg, nov. 2020

Le couple éleva sans faille leurs huit enfants, donnant à chacun une solide éducation. Il offrit à tous les moyens de suivre le chemin qu'ils avaient choisi, dans des domaines extrêmement différents.

Durant une dizaine d'années, je passerai régulièrement dimanches et petites vacances au Chambon chez ma grand' tante et je garderai longtemps la nostalgie de ces séjours en Haute-Loire où je me retrouvais, moi la fille unique, au cœur d'une joyeuse tribu disparate dans laquelle les adolescents initiaient les plus jeunes à leurs jeux. Je passais mes journées entre les pensionnaires et mes petits-cousins.
À leurs yeux j'étais craintive et maniérée, je pleurais vite et me faisais traiter de "chouineuse" par mes cousins qui n'avaient pas beaucoup d'indulgence pour la gamine de la ville peu hardie que j'étais. Et pourtant, j'étais inexplicablement attirée par la lumière dans laquelle dansaient ces feux-follets aux mollets égratignés, aux capes de laine noire, aux robes pratiques pour courir par les sentiers. Dans cet univers qui, à mes yeux naïfs, symbolisait la liberté absolue, ils avaient le droit de se salir, de laisser les chaussettes tirebouchonner sur les chevilles, d'avoir les joues barbouillées, les cheveux libres au vent. Mes cousines faisaient de la balançoire "plus haut, encore plus haut!", descendaient seules au village en marchant sur la grand' route, se juchaient sur les murs pour y lire, tranquilles, couraient dans les escaliers…
Et , toujours, je revenais au Chambon avec la même envie et le même enthousiasme.

Commentaires

1. Le 25 novembre 2020, 07:06 par Cunegonde

Le billet 16 existe dans mon agrégateur, il est superbe. J'aile beaucoup ta façon de décrire les gens, les liens.

2. Le 25 novembre 2020, 07:24 par Anthom

Tu vas peut-être triompher de mes doutes...Mais c'est vrai que j'ai plus de facilité à parler des gens qui appartiennent au passé qu'à ceux du présent!

3. Le 25 novembre 2020, 21:58 par Cunegonde

Je ne triomphe de rien du tout. J'arrive même pas à parler des gens que j'aime.

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet