PAROLES FUGACES

Mots tracés sur le sable, petits écrits virtuels, images rêvées...Parfois Ombre, parfois Lumière...

Aller au menu

La complainte des filles de joie

La chanson évoquée par ceux qui participent aux "chansons à prise rapide" m'a rappelé ce texte que j'avais écrit en 2009 pour les Défis du samedi auxquels je participais alors.

Nostalgique luminaire

Quelle était donc cette tremblante lueur
Éteinte depuis des lustres
Qui brillait sous la lune,
Éclairant faiblement la ruelle lugubre?
Quel était ce rouge lumignon
Se reflétant sur le pavé mouillé,
Fantasque fanal
Vacillant au vent?
Quelle était cette luciole
Feu-follet luminophore,
Balancé par la rafale,
Au-dessus de la lucarne
D'une sombre porte-cochère?
Quel était ce lanterneau lunatique
Signalant de ses reflets rubis
Le discret passage vers un salon lucratif
Au décor luxuriant ?
C'était, mon cher, l'enseigne lunaire
Signalant au passant...
L'entrée du lupanar d'antan!

Nocturne


Spécialement dédiées à Lynxxe, pour l'arracher à son silence, ces sensations nocturnes...

La nuit est tombée sur la Grange Neuve,
La fenêtre de la chambre est ouverte,
D'abord, c'est le vent que l'on entend,
Un large souffle qui enfle dans les branches des bouleaux,
Puis meurt doucement en couchant les hautes herbes du pré.
Tout de suite après, sur une longue note unie,
C'est l'appel des premières grenouilles dans la mare,
A peine perceptible, une trémulation monocorde.
Lentement, un pas foule la pâture grasse,
Un ébrouement qui fait vibrer l'air.
Lentement, la jument alourdie s'éloigne de la barrière,
Un souffle tiède porté par le Sud monte du sol,
Demain, sans doute, il pleuvra.


coucher_0.jpg

- page 1 de 4