Les prés sont encore blancs de gelée au petit matin, l'herbe est jaune, la terre grasse et noire, les fossés emplis d'une eau sale et à peine dégelée, mais, mais...
ça gazouille dans la haie,
ça frémit dans les branches fines des bouleaux,
c'est comme un tiède coulis de brise sur la nuque sous le soleil du début d'après-midi,
c'est comme un air de douceur au couchant...

Et, vous savez quoi? vendredi matin, nous prendrons la route pour aller voir si le printemps nous a devancés dans notre île!

hirondelles1.jpg